Genre : Littératures, Arts, Médias - 2020-2021

Organisateurs : Thibaut Casagrande, Fanny Lignon

De plus en plus de travaux conduits au sein de THALIM s’inscrivent, de près ou de loin, dans une approche genrée des arts et des littératures. Cependant, force est de constater leur éclatement au sein de l’unité, ce qui a pour conséquence de nuire à leur visibilité tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des équipes qui composent notre laboratoire.
L’atelier transversal GLAM se propose de pallier ce problème, d’ordre tout à la fois scientifique et structurel. Il se donne trois missions : regrouper des travaux actuellement épars ; permettre l’émergence et la réalisation de projets innovants, collectifs comme individuels ; valoriser ces recherches à l’intérieur de l’unité et intensifier leur rayonnement dans le champ académique.
Le GLAM a vocation à accueillir, de façon ponctuelle ou sur un plus long terme, l’ensemble des travaux menés dans le triple champ de la littérature, des arts et des médias par les chercheurs et enseignants-chercheurs de THALIM, quelle que soit l’approche « genre » dans laquelle ils s’inscrivent. Il permet le financement partiel des événements et publications afférentes.
Les travaux en cours sont présentés dans le cadre d’un séminaire bimestriel qui permet notamment de confronter avec profit et de façon pédagogique la pluralité des approches genre, dans des perspectives esthétiques, anthropologiques ou historiques.

Séances du séminaire

À venir

  • Présentation du n°24 de la revue Genre et Histoire (Anne Castaing) + Présentation de l’ouvrage Travestissements. Performances culturelles du genre (Anne Castaing et Fanny Lignon)

    Cette première séance du GLAM aura lieu en deux temps.

    Dans un premier temps, Anne Castaing présentera le n°24 de la revue Genre et Histoire, qu’elle a dirigé avec Benjamin Joinau, sur le thème "Genre et nations partitionnées".
    Les articles réunis dans ce numéro invitent à une réflexion sur ces usages du genre et du corps sexualisé dans les imaginaires des nations partitionnées. De l’Inde à Israël/Palestine, de l’Allemagne réunifiée à l’Empire espagnol ou la Tunisie coloniale, les histoires, les contextes et les situations de ces nations et/ou territoires sont singuliers, mais témoignent des enjeux majeurs des représentations genrées dans l’imaginaire comme dans la rhétorique nationalistes. En replaçant le genre au cœur d’une réflexion sur les partitions, leur histoire, leurs effets à long terme, leur héritage et leur internalisation comme habitus, ce dossier a pour ambition d’initier voire de poursuivre un dialogue fécond entre approches aréales comme disciplinaires ; mais à l’image de travaux antérieurs, il a également pour volonté d’identifier les processus complexes à l’œuvre dans les « imaginaires partitionnés », notamment les formes de violence, symbolique ou réelle, que peuvent prendre en charge les femmes ou, dans une autre mesure, les hommes.

    Dans un deuxième temps, Anne Castaing et Fanny Lignon présenteront l’ouvrage collectif qu’elles ont dirigé : Travestissements. Performances culturelles du genre (PUP, 2020)
    Les différents chapitres qui constituent cet ouvrage questionnent la portée politique du travestissement spectaculaire. Le lien entre travestissement et homosexualité, saillant dans nombre de discours, est-il à réinterroger ou à minimiser ? Pourquoi les travestissements masculins sont-ils surreprésentés, et contribuent-ils ainsi à naturaliser la hiérarchisation des genres ? Ludique, fonctionnel ou identitaire, transgressif ou spectaculaire : si le travestissement recouvre différents phénomènes, certains banalisés et d’autres marginaux, il permet globalement de penser le lien entre genre, culture et performance. Il met d’une part en évidence les artifices du genre et les modalités de sa construction et de sa déconstruction comme pratique performative ; il témoigne d’autre part de pratiques historiquement, socialement et culturellement situées du genre. On propose ici un état des lieux des réflexions actuelles sur les travestissements et leur fonction symbolique et/ou politique. L’ouvrage vise à historiciser les pratiques des travestissements et évite tout biais qui pourrait invisibiliser ou provincialiser des phénomènes non-occidentaux. Histoire culturelle, anthropologie, arts du spectacle et sociologie ; télévision, cinéma, littérature, musique sont les domaines mobilisés.

    Université Paris 3 - Centre Censier
    13 rue de Santeuil, 75005 Paris

  • La transformation des nains des frères Grimm en moines dans l’adaptation chorégraphique d’Angelin Preljocaj (Margaux Thomas)
  • La « grève érotique » de la « femme de bronze » dans Les Sept Solitudes de Lorsa Lopez de Sony Labou Tansi, un moyen d’action politique écoféministe ? (Alice Desquilbet)
  • Queer et grotesque : des liens de famille ? (Rémi Astruc)
  • Genre et orientalisme. Récits de voyage au féminin (Natascha Ueckmann)
Actualités