Performances culturelles du genre 2017-2018

Organisateurs : Anne Castaing, Fanny Lignon, Mehdi Derfoufi (UNIL/ICAV), Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS), Gianfranco Rebucini (IIAC/LAIOS/EHESS)

L’étude de la performance dans le champ académique a connu depuis les années 1960 de multiples évolutions. A travers la notion de "performativité" développée par John L. Austin, les Performance Studies problématisent les analyses visuelles et textuelles des représentations en resituant dans les corps en action (dans le langage, les gestes, les rituels...) la capacité d’agir des individus et des groupes sociaux. Dans les années 1970-1980, les apports des féministes et des artistes au champ des Performance Studies contribuent à ouvrir de nouveaux espaces déterminants pour l’expression des minorités de genre, de race et de classe. Judith Butler, notamment, déploie le concept crucial de performance comme l’espace privilégié où se déploie le sujet, se construisent et se déconstruisent les identités, comme le lieu de la formulation mais également celui de la transgression. Elle signale ainsi l’inscription culturelle de cette p ! erformance, nourrie d’un faisceau de signes et de pratiques culturellement ancrées, comme elle signale la capacité du sujet à s’en extirper par la réappropriation de ces signes et ces pratiques.
Dans la continuité du séminaire « Performances culturelles du genre » qui se tient à Paris depuis 3 ans, cette quatrième année propose d’explorer différents lieux de la culture pour penser non seulement le genre comme une pratique culturelle, historiquement et géographiquement située, mais également la création comme un lieu de performance et de transgression des identités dans leur complexité. La performance permet de souligner les prédicats culturels de la construction binaires des identités sexuées.
Les interventions qui seront présentées porteront sur différents médias, supports et pratiques culturels.

Séances du séminaire

À venir

Séance(s) passée(s)

  • Performances concurrentielles des marginalités de race et de sexualité : la folle noire contre le noir viril (Joao Gabriell)
  • Séance double - Le genre « voyageur » : danse contemporaine en Israël et à Taiwan (Biliana Vassileva, Université de Lille) + Travestissement(s) dans la fiction victorienne : entre invisibilisation et empowerment (Jaine Chemmachery-Michaux (Université Paris-Dauphine)

    Intervention de Biliana Vassileva :
    Cette réflexion porte sur la performance du genre en danse, et plus précisément sur sa performativité par rapport aux codes de perception et de ressenti, divergents par leur construction culturelle. Elle sera centrée sur le travail (par terrains-immersion et analyses d’oeuvres chorégraphiques) de deux compagnies de danse contemporaine émergentes en Israël et à Taiwan : Cloud Gate Dance Theater of Taiwan et cie Batsheva, Israël. Le « naturel » et/ou le « culturel » d’une indétermination fluctuante du genre, le brouillage des frontières sociétales et les enjeux de subversion, d’« empowerment », de prise de liberté et d’expansion d’« être » semblent être ardemment revendiqués et affirmés dans ces cadres de création chorégraphique.
    La question de la théâtralité et de la mise en scène de soi sera également abordée dans une approche comparative ; autrement dit, il s’avère que les contextes sociaux et politiques ont un impact sur les « performing arts » dans leur dimension à la fois intimiste et militante (seront cités les Ballets de Trockadero, cie new yorkaise de danse classique « queer »).

    Intervention de Jaine Chemmachery-Michaux :
    Résumé à venir

    Université Sorbonne Nouvelle
    13 rue de Santeuil, 75005 Paris - Salle 503

  • Spectacle, risk and the girl action hero (Catherine Driscoll, The University of Sydney)
Actualités