Collectif « Penser d’ailleurs ». Atelier de lecture Théorique

Organisateurs : Elara Bertho, Anne Castaing, Ninon Chavoz, Xavier Garnier, Sarga Moussa, Myriam Suchet, Laetitia Zecchini, Collectif PENSER D'AILLEURS

Nous sommes nombreux à rechercher dans la littérature une manière de changer notre rapport au monde et à voir dans les textes littéraires des points d’appui pour décentrer notre regard et ouvrir de nouvelles perspectives à la pensée. Une telle ambition pour la littérature suppose une participation active du lecteur qui doit être préparée.

Le collectif « penser d’ailleurs » propose des séances de lecture de textes théoriques venus d’horizons disciplinaires divers (philosophie, anthropologie, sociologie, etc.) susceptibles de nous aider à pratiquer une lecture décentrée des textes littéraires. Il s’agira de lire des textes qui se réclament des « ailleurs », ou des « lointains » pour bousculer nos modes de penser. On s’intéressera aux pensées qui opposent une alternative — qui peut être construite comme géographique (penser depuis le Sud, le Grand Nord, les îles ou les archipels…), culturelle (pensées chinoise, indienne, amérindienne, africaine…) ou radicale (lorsqu’elle cherche à échapper à ces postulats anthropologiques pour se formuler en termes à la fois problématiques et situés) — à une pensée-monde qui se voudrait universelle ou synthétique, mais qui peine à échapper au soupçon de centralité.

Pour chaque séance, un « introducteur » ou une « introductrice » fait une sélection d’extraits (à lire à l’avance par les participants) et se charge d’une courte mise en situation. Le travail en séance sera le plus collectif, participatif et non hiérarchique possible. Il s’agira de partir de nos incompétences, de nous appuyer sur ce que nous ne comprenons pas dans des textes dont nous n’avons pas toutes les clés, pour proposer des pistes de lecture, mettre en discussion des interprétations parfois hasardeuses, en bref expérimenter.

Le collectif se réunira les vendredis de 15h à 17h en salle 430 (site de Censier)

Carnet de recherche : https://ailleurs.hypotheses.org/

https://ailleurs.hypotheses.org/

Séances du séminaire

Séance(s) passée(s)

  • Taban lo Liyong, présenté par Pierre Boizette
  • Maria Janion présentée par Sylvia Chassaing et Ninon Chavoz
  • Gilberto Freyre, présenté par Isabelle Launay
  • Ottmar Ette, présenté par Chloé Chaudet
  • Leanne Simpson et Linda Tuhiwai Smith (lecture croisée), présentées par Myriam Suchet
  • James Clifford, présenté par Laetitia Zecchini

    James Clifford, historien et professeur à l’Université de Californie, Santa Cruz, est l’une des références les plus importantes des « cultural studies ». Sa critique de l’autorité ethnographique, de l’anthropologie classique basée sur l’objectification de « l’indigène » et de la construction du savoir anthropologique fondé sur cette objectification a eu une influence considérable dans le champ de l’anthropologie et au-delà. Il a co-édité Writing Culture : The Poetics and Politics of Ethnography (1986) et a publié trois ouvrages importants : The Predicament of Culture : Twentieth-Century Ethnography, Literature, and Art (1988), Routes : Travel and Translation in the Late 20th Century (1997) et Returns : Becoming Indigenous in the 21st Century (2013) qu’il présente comme le troisième volet d’une réflexion en mouvement qui s’est construite sur la possibilité, la nécessité et la difficulté du décentrement ; nécessité et difficulté de penser depuis un « ailleurs », y compris disciplinaire. D’où la lecture que je vous propose de l’introduction de Writing Culture et du prologue de Routes (« In Medias Res ») qui présente de manière succincte le problème (« predicament ») de l’anthropologie. C’est aussi un texte programmatique et réflexif illustrant la démarche de Clifford, qui est de rendre visible les bords/frontières de l’écriture scientifique et du travail académique (« making visible the borders of academic work »), les bords/frontières de la culture, et de la culture comme frontière. Mais c’est surtout du dernier ouvrage, Returns : Becoming Indigenous dont j’aimerais discuter au cours de cette séance, Clifford notant lui-même qu’il prend acte d’une nouvelle conjoncture. Et c’est notamment ce « retour » à « l’indigène » ou « l’indigénitude » que j’aimerais essayer de comprendre avec vous.
    Les textes que nous lirons ensemble sont disponibles en ligne, sous l’onglet « calendrier et séances », dans le carnet de recherche du collectif : https://ailleurs.hypotheses.org/james-clifford-21042017

    Censier, salle 430
    Université de la Sorbonne Nouvelle, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris

  • Gyanendra Pandey, présenté par Anne Castaing
  • Joseph Tonda, présenté par Ninon Chavoz
  • Raymond Schwab présenté par Claire Gallien et Sarga Moussa
  • Keith Basso présenté par Elara Bertho
  • Walter Mignolo, présenté par Claire Gallien
  • Viveiros de Castro , présenté par Xavier Garnier
Actualités