Les archives sonores de L’Amante anglaise (Paris, TNP, 1969). L’enregistrement contre la mémoire ? Chapitre d’ouvrage - 2018

Marie-Madeleine Mervant-Roux

Marie-Madeleine Mervant-Roux, « Les archives sonores de L’Amante anglaise (Paris, TNP, 1969). L’enregistrement contre la mémoire ?  », in Mary Noonan, Joëlle Pagès-Pindon (eds.), Marguerite Duras. Un théâtre de voix/A Theatre of Voices, 2018, pp. 75-91. ISBN 978-90-04-36096-9. 〈https://brill.com/〉

Résumé

Ajout tardif à l’étude génétique de la mise en scène de "L’Amante anglaise" par Claude Régy (Théâtre du Palais de Chaillot, 1968) publiée avec Almuth Grésillon en 2010, l’écoute des captations sonores récemment retrouvées de deux représentations a d’abord permis de compléter nos connaissances sur la première version scénique : sur le texte effectivement joué, sur la date de certaines corrections décisives apportées par Marguerite Duras. Ces enregistrements, qui apportent aussi un témoignage troublant sur le jeu des comédiens et les réactions du public, ont conduit à repérer à l’intérieur du spectacle lui-même la « révolution » qu’a représentée pour l’auteur et le metteur en scène, selon leurs propres dires, la création de "L’Amante anglaise". Ces documents incitent enfin à remettre en question les modèles beaucoup trop visuels par lesquels a été décrit ce « théâtre de l’écoute » naissant. En rappelant ce qu’a été la genèse réelle, impure, de cette œuvre, ils en revitalisent la mémoire à venir.

Voir la notice complète sur HAL