Quelques évolutions du roman de formation en Afrique francophone Penser le roman francophone contemporain

Intervenant : Xavier Garnier

Université Paris-Sorbonne
4 rue Victor Cousin, 75005 Paris

L’inadéquation de la référence à un espace social précis (qu’il soit national, régional ou familial) pour lire un certain nombre de romans francophones contemporains amène à poser la question du devenir du roman de formation dans ces nouvelles circonstances. Dès lors que les héros ne peuvent plus se confronter à un monde constitué, susceptible de les éprouver et les former, ils doivent se plonger dans un milieu instable, souvent d’autant plus violent et cruel qu’aucune loi ne semble le régir. L’échelle mondiale sur laquelle se situe le roman francophone invite à abandonner les cadrages sociétaux indispensables à la formation des personnages et offre un espace mal balisé propice à de nouvelles dynamiques. Alors que le roman de formation raconte la perte des illusions de personnages pleins d’avenir, le « roman de déformation » ne raconte-t-il pas la perte de réalité de personnages pleins de passé ? Un tel évidement des déterminations sociales des personnages ouvre une ligne de tension narrative dont je voudrais montrer, à partir de quelques exemples, le dynamisme dans le roman francophone contemporain.