"Drop-out" poets and dissenting artists : Clearing alternative spaces in the Indian little mags, small presses and ‘conspiracies’ of the ‘50s-‘70s Académies et contre-académies en espaces coloniaux et indépendants

Intervenants : Laetitia Zecchini, Zahia Rahmani, Emmanuelle Cherel, Anne Lafont, Partha Mitter, Elvan Zabunyan, Devika Singh

INHA, salle Vasari
6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne
75002 Paris

Les académies, souvent réunies en écoles, ont longtemps cherché à façonner l’apprentissage, l’appréciation et la création artistiques en espace colonial et à imposer codes, usages et conventions faisant ainsi émerger de nouvelles élites. Contestées et parfois déjà réformées pendant les luttes anti-coloniales, leurs héritages ont cependant longtemps survécus après les indépendances, et continuent de façon sous-jacente d’influencer les scènes artistiques contemporaines.

De ce fait, d’autres moyens de passage de connaissances se sont mis en place dans les arts visuels, mais aussi dans des champs annexes et/ou en langues vernaculaires. Ceux-ci ont permis, entre autres, de dépasser les notions de styles et de décloisonner les frontières entre art et artisanat. Ces réseaux alternatifs déjà mis en place pendant le colonialisme ont, parfois de manière confidentielle et souvent irrévérencieuse, contribué à renverser l’autorité coloniale.

En savoir plus