Elara Bertho

ATER à Paris 3-Sorbonne Nouvelle

Ancienne élève de l’ENS de Lyon
Agrégée de lettres modernes
Docteure en littérature (AMN)

Principales publications

  • « Sarraounia, une reine africaine entre histoire et mythe littéraire (1899-2010) », Genre et Histoire, revue avec comité scientifique de rédaction, mise en ligne en novembre 2012 : genrehistoire.revues.org/1218

Editions

Recensions et notes de lecture

  • "À quoi pensent les genres littéraires ? Pragmatique de l’énergie dans l’épopée & le roman". Note de lecture à propos de : Pierre Vinclair, De l’épopée et du roman. Essai d’énergétique comparée, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Interférences », 2015. Acta Fabula, février-mars 2016, vol. 17, n°2 [http://www.fabula.org/revue/document9717.php]
  • Robert Darnton, L’Affaire des Quatorze. Police et réseaux de communication à Paris au XVIIIIe siècle, Paris : Gallimard, coll. « NRf Essais », 2014, 240 p. Questions de communication, n°28, 2015, Nancy, p. 308-310
  • La colonne, récit de Christophe Dabitch, dessins et couleurs de Nicolas Dumontheuil, Tome 1 : Un esprit blanc, Paris, Futuropolis, 2013, 77 p. ; Tome 2 : Exterminez-moi toutes ces brutes, Paris, Futuropolis, 2014, 87 p. Cahiers d’histoire, Revue d’histoire critique, n°129, p. 195-198 [https://chrhc.revues.org/4754]
  • Marie Rodet, Fanny Challier, Les Diambourous : esclavage et émancipation à Kayes (Mali), film documentaire 23’, Londres, SOAS, 2014. Journal des Africanistes, 2014-2, p. 266-269.
  • « Histoire et littérature, retour sur des liaisons dangereuses ». Notes de lecture à propos de : Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine, Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil, « La librairie du XXIe siècle », 2014. Acta Fabula, avril 2015, volume 16, n°14 [http://www.fabula.org/revue/document9267.php]

(Liste exhaustive dans le Curriculum Vitae, voir supra)

Thèse : Nehanda, Samori, Sarraounia comme héros culturels. Mémoire postcoloniale et figures de résistants africains dans la littérature et dans les arts

Directeur(s) de thèse : Xavier Garnier

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux Etats. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin d’expérimenter que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé mais qu’elle participe activement à son élaboration. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Mots clés :
Niger, Guinée, Zimbabwe, héros culturel, figures héroïques, colonisation, mémoire, représentations, constructions identitaires

Voir en ligne :